Soutenons notre école

Travailler à la maison en période de confinement quand on est enseignante et directrice à l’école de Lalouvesc :

Nous en sommes à la 3ème semaine de confinement et l’organisation de ce nouveau mode de travail devient un peu plus facile à gérer, je commence à prendre mes marques.
Dans une classe unique, il est déjà compliqué d’organiser les apprentissages pour tous les niveaux mais en ce moment la tâche s’avère encore plus complexe : il faut prévoir les apprentissages que les parents devront faire effectuer à leurs enfants. Les parents ne sont pas des enseignants et les enfants ont parfois des réactions qui peuvent engendrer un certain énervement « oui mais la maîtresse, elle fait pas comme ça !! ». En tant que maman de 2 enfants (en CP et 6ème) je les comprends tout à fait car je dois moi-même gérer leur travail !

Il faut trouver un certain équilibre entre vouloir continuer absolument le programme et prendre en compte le fait que nous sommes effectivement dans une période compliquée. Il ne sert à rien de surcharger les élèves de travail, les recommandations de la direction diocésaine vont d’ailleurs dans ce sens : se retrouver en famille, partager des moments, des jeux, apprendre en jouant…

A Lalouvesc, j’ai de la chance car je trouve que la continuité pédagogique se passe assez bien :
D’une part parce que les enfants étaient déjà assez autonomes dans leurs apprentissages grâce à l’utilisation de feuilles de route (à partir de la grande section) et d’autre part parce que les parents assurent !

Chaque semaine je donne aux parents des consignes de travail avec des indications précises sur ce qu’il faut faire chaque jour (GS/CP). Pour les CE1/CE2/CM1 je leur donne une feuille de route pour toute la semaine, ainsi ils gèrent comme ils le souhaitent les différentes activités à faire (comme ils le font en classe d’habitude) avec ou sans l’aide des parents. Pour les maternelles (PS/MS), je propose de nombreuses activités de manipulation notamment, en envoyant aux parents des vidéos qui me semblent pertinentes avec des activités faciles à mener. Je propose également quelques fiches de travail comme nous le faisons en classe habituellement.
Pour les corrections, certains parents arrivent à gérer eux même d’autres m’envoient des photos des travaux des enfants pour que je puisse corriger et faire un petit retour. Certains m’envoient, pour le plaisir de partager, des photos de leurs enfants en train de travailler (ou les créations de land art qu’ils ont faites). Tout cela se fait dans une certaine bienveillance je trouve.
Durant la première semaine de confinement, les parents m’ont beaucoup sollicité pour me demander des conseils ou des explications sur le travail que j’avais donné, aujourd’hui même si nous gardons bien sûr le contact, je reçois beaucoup moins d’appels. En revanche beaucoup de photos et de petits messages bienveillants !
En tant que directrice, je dois aussi m’assurer de garder le lien avec mes supérieurs par visio-conférence (inspection académique et direction diocésaine) et de prendre en compte les directives. J’essaye aussi de garder du lien avec les autres directrices du secteur pour ne pas trop ressentir l’isolement dans la gestion de mon établissement.

Bon courage à tous.
Amandine VERDUN


Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s